Bertrand Piccard : « La protection de notre planète coûte cher ? Je veux démontrer le contraire »

Présent lors du salon Viva Technology, l’explorateur suisse et pilote de l’avion électrique Solar Impulse fait le point pour We Demain sur l’avancement de son « Alliance mondiale pour des solutions efficientes ». Son objectif : accélérer la transition écologique en gagnant le soutien de l’industrie. Entretien. [Lire plus…]

Ndlr : Il a raison, des années que je le dis : elle RAPPORTE des masses d’argent. A condition d’arrêter d’être écolos. L’écologie coûte cher et ce n’est qu’un frein à l’évolution.

Il faut au contraire libérer les initiatives ,développer l’industrie, réorienter la consommation (sans la diminuer) et les réinvestissements.

Il faudrait des décisions courageuses qui pourraient être prises immédiatement et qui loin d’être contraignantes seraient sans incidence sur la population, par exemple interdire le plastique à base de pétrole, purement et simplement. TOUS les plastiques, pas « les sacs » ou « les pailles et les couverts ». Non, interdire purement et simplement le plastique à base de pétrole ou le surtaxer très fortement.

On sait produire du plastique de meilleure qualité et moins cher à partir du CO2 (comme Aircarbon le fait), faisons-le. Plus nous consommerons de plastique, plus nous dépolluerons l’environnement.

Il faut accélérer le développement industriel de la protéine animale synthétique. Elle a de multiples avantages, comme celui de suppléer à l’élevage industriel, mais aussi d’être de meilleure qualité, parce que n’ayant jamais été exposée aux pesticides. D’ajouter de la protéine synthétique dans les raviolis et les lasagnes en remplacement du tissu conjonctif et du gras élève la qualité. Moins de CO2, moins d’énergie, moins d’eau, moins de polluants…

Pourquoi faire des carrosseries en acier alors qu’on sait produire de la fibre de carbone à partir du CO2 ? Des véhicules plus légers et plus solides et plus on en achète et plus on dépollue l’environnement tout en consommant moins d’énergie pour leur fabrication, parce que la production d’acier est particulièrement gourmande.

Même en France nous avons des solutions redoutables qui n’ont jamais pu voir le jour en raison de frilosités politiques. Par exemple Guy Nègre, le fondateur de MDI, et son invention du moteur à air comprimé. Il en a fait une génératrice. Lorsqu’il y a une période creuse l’excédent électrique fait tourner un moteur qui fait comprimer de l’air au moteur à air comprimé. En période de manque, le moteur électrique devient alternateut et le moteur comprimé l’entraîne grâce à l’air comprimé stocké en période creuse. C’est simple, ça ne coûte rien, c’est purement mécanique, facile à entretenir par tout technicien qui a du sens pratique, c’est français et ça existe depuis plus de trente ans !!

A un moment donné, il faut se poser les bonnes questions et la voie de l’écologie n’est pas la bonne. De retourner au vélo, l’agriculture manuelle, le tri sélectif, tous ces vieux archaïsmes est contraire à l’avenir. Favoriser le vélo me semble être une bonne chose, le qualifier de « mobilité douce » relève de la démagogie, en réalité c’est une violence sociétale, Alors que développer des intelligences artificielles qui trient les déchets, que l’on broie à l’entrée et chaque particule est séparée en fonction de sa composition pour être recyclé serait bien plus performant que le tri par les particuliers et surtout bien moins polluant et gourmand en énergie.

Il y a des technologies qui bien qu’écologiques ne DOIVENT PAS voir le jour. Par exemple, nous pourrions nous passer de pétrole et produire du carburant propre, mais alors ça mettrait un coup d’arrêt au déploiement du transport électrique, du camion à hydrogène jusqu’à la voiture électrique. Si on ne pollue plus avec notre moteur thermique… pourquoi changer ? Il faut donc maintenir la pression pour accélérer la transition. Il sera toujours temps de produire du carburant propre plus tard, pour les derniers moteurs.

Laisser un commentaire

Fermer le menu