Année noire pour l’Amazonie brésilienne : la déforestation se poursuit à un niveau record

Année noire pour l’Amazonie brésilienne : la déforestation se poursuit à un niveau record

La déforestation continue de progresser à grande vitesse en Amazonie brésilienne. Et les projections pour les mois à venir laissent craindre le pire. En somme, une année noire qui risque de décupler les tensions déjà bien présentes en raison de la circulation croissante du Covid-19 dans la zone. [Lire plus…]

Ndlr : Les gens ne veulent pas payer. Et nous n’avons pas à dire aux brésiliens qu’ils doivent se priver de leur ressource et donc de se développer alors que c’est nous qui avons déboisé le monde, pas eux.

En comparaison, nous avons 4x plus de surface agricole par habitant qu’eux, nous sommes mal barrés pour leur dire quoi que ce soit.

C’est simple à comprendre : si personne n’indemnise le Brésil, à hauteur de plusieurs centaines de milliards chaque année, c’est que l’Amazonie ne vaut rien. Il est donc normal que le Brésil la valorise pour en vivre, tout simplement.

L’Amazonie pourrait rapporter au moins 700 milliards par an au Brésil si elle était rasée. Il ne serait pas nécessaire de les indemniser d’autant, parce qu’il serait possible de l’exploiter autrement, même si de manière moins rentable. Mais il faudrait leur garantir, à vie, au moins 200 milliards par an, cotisés par tous les pays qui pensent que l’Amazonie est importante pour l’humanité.