À l’horizon 2060, l’OCDE prévoit un fort ralentissement de la croissance mondiale

La croissance mondiale du PIB devrait baisser, passant d’environ 3,5% à 2% en 2060, principalement en raison de la décélération des grandes économies émergentes, qui continuent de représenter l’essentiel de la croissance mondiale. [Lire plus…]

Ndlr : Oui, c’est logique. D’ici 2060 le coût marginal de production sur lequel repose le capitalisme se sera réduit sous l’attrition de la fabrication industrielle, largement décentralisée grâce à la démocratisation de la fabrication en raison de la révolution numérique. Et donc si la croissance devait reposer encore sur la production de biens à ce moment-là, fatalement, la rentabilité industrielle ayant achevé de ronger le solde commercial…

Ce qu’il faut, c’est évoluer et passer à l’économie du 21ème siècle en faisant la transition sociétale. Il faut la faire en France, parce que c’est en France qu’elle aura le plus d’incidence et ensuite le reste du monde la fera, en la récupérant et en l’adaptant à sa sauce, parce que c’est de France que sont parties les grandes transitions sociétales de l’Histoire.

Le monde attend de savoir ce que fera la France qui, n’en déplaise aux frenchbasheurs, est un phare pour les nations. Et sa vraie richesse est là, plus que dans son industrie. On l’a vu une nouvelle fois avec la coupe du monde de foot où dans le monde entier les gens sont heureux que ce soit la France (même en Italie où les tifosi vont jusqu’à mener une campagne d’insultes, c’est dire, mdr).

Le moteur principal de la croissance n’a pas toujours reposé sur la production industrielle par le passé et elle ne reposera pas toujours dessus. Et la croissance peut reposer sur n’importe quoi. Dans l’avenir elle devra reposer sur l’économie collaborative de l’intelligence collective. Nous avons consommé des biens, nous consommerons de la démocratie, de laquelle découlera directement les grandes transitions : énergétique et écologique.

Laisser un commentaire

Fermer le menu