Trop cher et trop lent, le nucléaire ne sauvera pas le climat – Révolution Énergétique

Trop cher et trop lent, le nucléaire ne sauvera pas le climat – Révolution Énergétique

« Le nucléaire ne répond à aucun besoin technique ou opérationnel que ses concurrents sobres en carbone ne puissent satisfaire mieux, moins cher et plus rapidement ». Voila la conclusion sans appel dressée par l’édition 2019 du World Nuclear Industry Status Report (WNISR). Plus coûteuse que les énergies renouvelables, la construction d’un nouveau réacteur dure en …
[ Lire plus… ]

Ndlr : Que ce soit bien clair :

– C’est le nucléaire qui compromet le déploiement des énergies renouvelables. Il coûte un pognon de dingue rendu indisponible pour la transition énergétique.

– Le nucléaire est de très loin l’énergie la plus dangereuse, on rend tout l’environnement radioactif, les poissons qu’on bouffe comme les salades, où les chemins sur lesquels on marche, sont radioactifs et on va d’évitement d’accident en évitement d’accident de justesse depuis des années. L’ancien directeur de l’ASN avait même dit que la question de savoir si nous aurions notre Fukushima n’était pas de savoir si, mais quand.

– Il est extrêmement polluant. Il produit des masses de déchets qui ont une durée de vie hallucinante. A l’heure actuelle déjà 1,5 million de mètres cubes. Et il en est prévu encore 5 millions de mètres cubes de plus avec le démantèlement. Et il est de surcroît un très gros émetteur de CO2. C’est juste qu’on ne lui attribue pas toutes ses émissions pour parvenir à faire croire que c’est un faible émetteur.

– Il est de très loin l’énergie la plus chère. Si les gens ont eu toutes ces décennies une énergie si bon marché, c’est tout simplement parce que dans le prix n’a pas été prix en considération ses coûts futurs, comme la rénovation et le démantèlement. Aujourd’hui, l’Etat se prépare à scinder EDF en deux entités, celle qui aura les centrales rentables et celle qu’il faudra subventionner pour démanteler, pour socialiser les coûts. Des centaines de milliards que le contribuable va payer qui seront imputables aux factures d’énergies que les gens n’ont pas payées.

– Les énergies renouvelables sont très peu polluantes et 100% recyclables, à l’infini, quelles qu’elles soient, panneaux solaires ou éoliennes. Mais elles ne se limitent en fait pas à ça, il y a bien d’autres sources.

– Les énergies renouvelables sont bien plus puissantes que le nucléaire. Le seul potentiel houlomoteur de la façade Atlantique représente à lui seul bien plus que la totalité de la puissance nucléaire totale installée. Et c’est une technologie simple et propre, de très peu d’emprise sur l’environnement, insensible au climat. Le potentiel osmotique représente à lui seul la moitié de la puissance nucléaire installée. Alors il faut arrêter de penser que les ENR ne sont pas puissantes et chères.

– Les énergies renouvelables ne sont pas intermittentes et donc non pilotables. Le nucléaire l’est par contre, parce que son temps de latence en heures implique de deviner très en amont la puissance nécessaire et donc de la surestimer parce qu’il ne sera pas nécessaire d’en ajouter. Voilà pourquoi il nécessite des centrales thermiques. Les ENR elles se stockent dans des batteries ou des réservoirs d’eau ou encore des stockages massiques ou à inertie. Leur réactivité est instantanée. De plus certaines ne sont pas du tout intermittentes, comme la géothermie, le houlomoteur, l’hydrolien, l’osmotique, etc…

LE NUCLEAIRE C’EST LE PASSE !