VIDEO : Éoliennes, le défi du recyclage

[Lire plus…]

Ndlr : Depuis tant d’années que je dénonce cette escroquerie… c’est bien la première fois que je vois quelqu’un d’aussi pertinent qui relève un point essentiel dont je ne me souviens pas avoir parlé, mais que j’ai pourtant rencontré personnellement il y a déjà pas mal de temps, en Suisse, au Val-de-Travers. Un agriculteur, qui n’était pas particulièrement mon ami, mais que je connaissais et que j’ai même assisté dans sa défense à un moment donné, avait autorisé l’implantation d’une éolienne, ce qui lui rapportait un joli pécule, dans les années 80. Mais l’entreprise qui la possédait a fait faillite en raison de malversations de son patron et donc l’éolienne est tombée à l’abandon, l’agriculteur étant bien incapable de l’exploiter. Son petit-fils a repris l’exploitation, avec cette éolienne en panne et un jour de tempête elle a perdu une pâle. Comme personne ne savait à qui était cette éolienne, que la masse en faillite ne l’avait pas revendiquée comme un actif puisqu’en fait elle était plutôt une charge, le propriétaire légitime, c’était en fait… l’héritier ! …Qui a eu des montagnes d’emmerdements, parce qu’il s’est retrouvé dans l’obligation d’enlever cette horreur qui défigurait le paysage et devenait dangereuse. Seulement voilà, on n’enlève pas une éolienne comme une cabane de jardin et bien évidemment que personne ne veut l’enlever gratuitement. Si pour les parties acier, le cuivre, l’aluminium, les entreprises de déconstruction se bousculaient au portillon, le problème était pour les parties plastique, qui représentaient un volume considérable et dont le démontage, le transport et le recyclage revenaient à plusieurs centaines de milliers de francs. Une somme pour un agriculteur travaillant une centaine d’hectares d’altitude avec une quarantaine de vaches…

Techniquement, le recyclage ne posera pas de problème. Mais si le cuivre, l’alu, les terres rares, l’acier, trouveront preneur et produiront peut-être même un petit bénéfice, le recyclage du plastique ne sera jamais un gain, ce sera toujours un coût, énorme. On saura faire, mais ça coûtera de l’argent, qui va payer ? Nous allons nous retrouver avec des centaines de milliers d’éoliennes implantées pour satisfaire le lobby nucléaire parce que, inefficaces et chères, elles n’auront pas menacé la pérennité du nucléaire…mais elles seront alors sans propriétaire et il faudra bien que quelqu’un paie !

Laisser un commentaire

Fermer le menu