Bilan transversal de l’impact de l’électrification par segment

Bilan transversal de l’impact de l’électrification par segment

Ce document livre une synthèse des principaux résultats du projet « Etude Economique, Energétique
et Environnementale pour les technologies du transport routier français » (E4T), segment par segment,
permettant une analyse des grandes tendances sur l’électrification en cours de mise en place ou de
développement. Globalement, cette synthèse montre que, hormis pour le segment du véhicule poids
lourd long routier, la motorisation conventionnelle (essence ou Diesel) sera fortement concurrencée en
2030, que ce soit du point de vue de son coût total de possession (TCO) ou de son impact
environnemental (émissions de Gaz à Effets de Serre (GES) et polluants).
[ Lire plus… ]

Ndlr : Curieusement, toutes les études, plus ou moins officielles, considèrent pour leur bilan que la voiture thermique consomme du pétrole et la voiture électrique de l’électricité. Or c’est faux, la voiture thermique consomme du pétrole ET de l’électricité, autant que la voiture électrique. L’étude de l’Ademe de 2016 commettait d’ailleurs le même biais : https://www.ademe.fr/sites/default/files/assets/documents/avisademe-vehicule-electrique.pdf

Et ce biais a été corrigé dans cette étude de 2018 où ils ont considéré l’intégralité de l’énergie nécessaire à la fabrication du véhicule, son entretien, la production du carburant, sa consommation, etc…

Et encore, ils pourraient aller plus loin, parce que par exemple il n’est pas pris en considération l’évaporation du carburant, qui figurez-vous qu’elle représente 1,5% de la consommation de carburant. Ni des pertes électriques, qui sont plus importantes dans le cas de la voiture thermique que de la voiture électrique. Parce que le carburant nécessite une distance de transport de l’électricité plus grande que pour la voiture électrique qui peut être littéralement connectée au pied d’une éolienne ou à un panneau solaire.

Et ils ne prennent pas non plus en considération les voitures électriques qui n’ont pas du tout besoin d’être rechargées. Il circule déjà cette année 4 ou 5 modèles de véhicules qui pour une distance quotidienne allant jusqu’à 40 km ne nécessitent JAMAIS d’être rechargées. Et donc ces distances doivent également être prises en considération dans le bilan, qui ne manquera pas de se préciser dans l’avenir. Une voiture thermique, elle, même si vous ne faites que quelques centaines de mètres par jour, un jour il faudra bien lui remettre du carburant.

Laisser un commentaire

Fermer le menu
EnglishFrench